AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

La pénurie des bières Amstel et Primus entraîne la hausse de leurs prix

BUJUMBURA, 13 sept (ABP) – Les produits de la BRARUDI comme l’Amstel et la bière Primus (photo) sont devenus, ces derniers jours, des denrées très rares dans beaucoup de bistrots implantés dans les différents quartiers de la mairie de Bujumbura.
Les raisons de cette pénurie ne sont pas encore officiellement connues, mais d’après une opinion très répandue, cette carence serait due au manque de devises permettant à la BRARUDI d’importer des matières premières. Ce problème a entraîné une baisse sensible de la production au niveau de la BRARUDI, ce qui se remarque, notamment, à travers la réduction drastique des approvisionnements.
En effet, les dépôts de la BRARUDI, communément appelés « Mégas » disséminés dans plusieurs endroits du pays, qui étaient régulièrement approvisionnés en grande quantité de boissons de toute sorte, reçoivent actuellement des quantités très limitées. En conséquence, l’approvisionnement de petits dépôts situés tout près des consommateurs finaux est fort limité en quantités.
A titre illustratif, un gestionnaire du dépôt Méga du quartier nord de la capitale a indiqué à l’ABP que la livraison ne pouvait pas dépasser 20 casiers par client, mais que les prix n’ont pas changé. Les détenteurs de ces petits dépôts ont, à leur tour, vendu ces produits à leurs clients en les obligeant avant tout de prendre en même temps un certain nombre de casiers de limonades. Cette pénurie a occasionné une grande spéculation chez la plupart des détaillants qui ont revu les prix à la hausse.
Ainsi, le prix de l’Amstel petit format est passé de 1400 à 1700 FBu à certains endroits, tandis que le prix de la bière Primus est passé de 1400 à 1700 FBu. La bière Royal, qui se vendait à 2000 FBu dans des bistrots ordinaires, se négocie à 2200 FBu.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés