AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Lancement officiel de la mise en œuvre de l’agenda des femmes burundaises

BUJUMBURA, 5 sept (ABP) – Le ministre des Droits de la personne humaine, des Affaires sociales et du Genre, M. Martin Nivyabandi (photo), a procédé ce mardi 5 septembre 2017, à l’hôtel Royal Palace de Bujumbura, au lancement officiel de la mise en œuvre de l’agenda des femmes burundaises, a-t-on constaté sur place.
Il a fait savoir que les femmes burundaises ont maintes fois aidé dans le processus de consolidation de la paix. Le cas le plus récent étant celui de l’intervention des femmes dans la résolution de la situation de 2015 dans la ville de Bujumbura où elles ont contribué dans la sensibilisation et l’éducation des jeunes.
Cet agenda est ainsi une mise en marche d’une machine déjà existante, mais cette fois-ci en la mettant à une vitesse de croisière, a précisé le ministre Nivyabandi, soulignant que la mise en place de cet agenda est plus nécessaire et est fermement soutenu par le ministère en charge du
Genre car, a-t-il martelé, « aider la femme n’est ni une option, ni un choix, mais plutôt un devoir ».
Selon le ministre en charge du Genre, les femmes peuvent profiter de leur effectif et de tous leurs talents pour contribuer à la consolidation de la paix et de la sécurité. Il a exhorté les femmes à traduire cet agenda en actes.
Mme Jeanne Mpfayoguhora, la secrétaire du Groupe femmes, composé du Forum national des femmes, du Réseau femmes et paix, ainsi que de Women action for peace (WAP) et Women initiatives for development (WID) qui a organisé cet atelier, avec l’appui d’ACCORD, en partenariat avec ONUFEMMES, a fait savoir que le Groupe Femmes a été créé pour contribuer dans la consolidation de la paix par la canalisation des idées et des doléances des femmes qui étaient dispersées dans plusieurs associations féminines, sans toutefois pouvoir apporter plus que la femme le désirait. Elle a en outre signalé qu’avec cet agenda, la femme aura l’occasion de participer concrètement dans la vie du pays sous une seule entité bien reconnue et bien structurée, a signalé Mme Mpfayoguhora.
D’après la secrétaire du Groupe femmes, la valeur ajoutée à la mise en œuvre de cet agenda est que les contributions des femmes représentant diverses institutions seront désormais étudiées dans le Groupe femmes, indépendamment de leurs appartenances politiques, ethniques et régionales, et sans tenir aussi compte du niveau d’études. Elle a d’ailleurs signalé que cet agenda vient directement mettre en pratique le contenu de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations-Unies.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés