AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Visite du ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme

RUMONGE, 3 août (ABP) – Le ministre de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme, Célestin Ndayizeye (photo : en survêtements bleu) a effectué, ce mercredi, une visite en province Rumonge (sud-ouest).
Le ministre Célestin Ndayizeye a ensuite visité les réserves de Kigwena et Bururi, pour se rendre compte de l’état environnemental de ces sites. A la réserve de Kigwena, de 586 hectares, Celestin Ndayizeye a constaté que les activités agricoles et l’élevage, perpétrés par la population est un défi majeur tandis que les feux de brousse, l’agriculture, les constructions à l’intérieur de la réserve (maisons d’habitations, écoles, hôpital), sont les activités dévastatrices que subit la réserve naturelle de Bururi, diminuée actuellement de ses 4670 hectares qui la composait.
M. Ndayizeye a indiqué que des mesures pour la protection de ces aires protégées seront prises en appelant à une prise de conscience de tout un chacun.
Il a terminé sa visite de travail en visitant une unité de transformation artisanale d’huile de palme modèle qui respecte la protection de l’environnement, ne pollue pas les eaux des rivières et du lac Tanganyika. Il a salué un tel comportement responsable et a appelé les autres exploitants de faire de même, pour ne pas encourir des sanctions.
Le gouverneur de la province Rumonge, Juvénal Bigirimana a saisi l’occasion pour donner le bilan des défis environnementaux. Il a fait savoir que la transhumance des bovins constitue "la source et la cause à 99%," des atteintes à l’environnement en broutant dans les plantations le long des routes et les feux de brousse causés par les éleveurs, a-t-il signalé.
Il a ainsi demandé que la loi sur la réglementation en la matière soit votée au plus vite. Juvénal Bigirimana a insisté pour que le lac Tanganyika soit protégé proposant la plantation d’arbres, en ligne depuis Gatumba à Makamba, que les aires protégées-réserves naturelles de Kigwena et Bururi le soit affectivement en les clôturant pour que la population et le bétail n’y entrent pas.
Le gouverneur de la province Rumonge a aussi demandé au ministre en charge de l’environnement d’aider pour que les permis d’exploitation des mines soient délivrés à temps, indiquant que la conséquence est l’extraction clandestine qui occasionne la dégradation de l’environnement.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés