AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Deux projets de lois adoptés par le Sénat de la République du Burundi

BUJUMBURA, 2 août (ABP) – Le Sénat de la République du Burundi (photo) a analysé et adopté ce mercredi à son siège de Bujumbura, deux projets de lois, l’une portant mission, composition, organisation et fonctionnement du Conseil national pour l’unité nationale et la réconciliation (CNUNR) et l’autre portant ratification par la République du Burundi de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement burundais et celui de la République de Turquie, a-t-on constaté sur place.
Le ministre de l’Intérieur et de la Formation patriotique, M. Pascal Barandagiye qui a représenté le gouvernement a souligné que la mise en place du CNUNR est prescrite par la Constitution de la République du Burundi du 18 mars 2005, en son article 273 par une loi organique, en vue de concilier l’unité, l’équité et la réconciliation du peuple, suite à divers moments de crises politico-ethniques répétitives qu’a traversé le pays depuis l’indépendance jusqu’en 2015.
Eclaircissant sur certaines inquiétudes des sénateurs, M. Barandagiye a fait savoir que ce Conseil n’a point connu de retard, mais plutôt que la priorité était dirigée vers la Charte de l’unité nationale. Quant à certaines dispositions qui pourraient être changées ou même supprimées dans la procédure de révision de la Constitution, M. Barandagiye a indiqué qu’aucune procédure ne peut être retenue si elle porte atteinte à l’unité nationale, à la cohésion du peuple burundais, à la laïcité de l’Etat, à la réconciliation, à la démocratie et à l’intégrité du territoire de la république.
Selon le président de la commission permanente chargée des questions politiques, diplomatiques, de défense et de sécurité au Sénat, M. Jean-Marie Pascal Nsesema, cet organe mènera des réflexions et donnera des conseils sur toutes les questions essentielles relatives à l’unité, mais aussi proposera des solutions en vue de renforcer l’unité nationale et la réconciliation des Burundais.
Pour le président du Sénat, M. Réverien Ndikuriyo, ce conseil est très important et le choix de ses membres devrait tenir compte de leur intégrité, pour bien connaitre le passé et préserver l’avenir du pays.
Le deuxième projet de loi analysé et adopté le même jour par le Sénat burundais est celui portant ratification par la République du Burundi de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement burundais et celui de Turquie signé le 27 aout 2015 à Ankara en Turquie. Le ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, M. Alain-Aimé Nyamitwe a affirmé que ce projet vise à consolider les relations amicales, accroitre et diversifier les échanges commerciaux et développer la coopération économique via le commerce et l’investissement, l’énergie et les ressources naturelles, le développement de l’agriculture et de l’élevage, l’éducation, la santé, la science et la technologie.
M. Nyamitwe a souligné que ce projet se concentrera sur le traitement des taxes douanières et autres charges relatives à l’importation et à l’exportation des biens, aux actes d’encouragement et de facilitation du commerce, sur les modalités de paiement des biens et services faisant objet d’échanges entre les deux pays, sur les échanges d’information et encourager les contacts entre entreprises et établissements intéressés.
Quant à l’inégalité des échanges des produits commerciaux qui pourra se remarquer, M. Nyamitwe a insisté que ce déséquilibre pourra être compensé dans l’éducation, la santé, le développement de l’agriculture et de l’élevage ainsi que la science et la technologie par l’augmentation du nombre d’étudiants qui bénéficieront des bourses d’études en Turquie.
D’après le président du Sénat, M. Réverien Ndikuriyo, en renforçant les propos de Mme Immaculée Ndabaneze, présidente de la commission chargée des questions économiques, de l’environnement, des finances et du budget, qui a analysé ce projet, la ratification de cet accord de coopération est une opportunité importante de favoriser et promouvoir le commerce et l’économie dans les deux pays.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés