AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Adoption à l’unanimité d’un projet de loi à l’Assemblée nationale.

BUJUMBURA, 27 juil (ABP) – L’Assemblée nationale(photo) a analysé et adopté à l’unanimité des voix exprimées, jeudi le 27 de ce mois à Bujumbura, un projet de loi portant ratification par la République du Burundi de l’accord de coopération commerciale et économique entre le gouvernement de la République du Burundi et le gouvernement de la République de Turquie, signé le 27 août 2015 à Ankara en Turquie.
Le ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, M. Alain Aimé Nyamitwa a, lors de l’exposé des motifs, indiqué que cet accord est basé sur l’égalité et l’intérêt réciproque et a pour objectif de renforcer les relations amicales et d’améliorer la coopération économique et commerciale entre les deux pays à savoir le Burundi et la Turquie.
Selon le même ministre, cet accord sera une opportunité de soutenir et encourager le développement et la collaboration technique et industrielle entre les sociétés et les institutions économiques des deux pays. Le même accord, apprend-on, permettra également de coordonner les activités communes concernant la collecte, l’analyse, l’évaluation et la diffusion des informations sur les activités commerciales, technologiques et industrielles ainsi que les possibilités d’investissement au bénéfice mutuel des deux pays respectifs.
M. Nyamitwe a fait savoir que le Burundi tirera profit de cet accord car, a-t-il souligné, à l’article I dudit accord, les deux pays se sont engagés de développer leurs échanges dans les domaines de commerce et investissement, énergie et ressources naturelles, développement de l’agriculture et de l’élevage, éducation et santé ainsi que le domaine de science et technologie.
A la question des députés de savoir si cet accord n’ira pas en défaveur du Burundi étant donné qu’il n’a visiblement pas beaucoup de produits à exporter, le ministre Nyamitwe a indiqué que, le Burundi, n’ayant pas beaucoup de produits à exporter vers la Turquie, pourra bénéficier de la diversité des produits turcs en ouvrant les portes par le rabais des tarifs douaniers. Il y aura augmentation de la consommation sur le marché intérieur, ce qui va, selon toujours lui, améliorer le bien-être de la population.
Répondant à la question de savoir si ledit accord de coopération commerciale et économique ne pourrait pas entrer en contradiction avec les accords commerciaux que le Burundi a déjà signés en l’occurrence celui de la Communauté Est Africaine (EAC), le ministre a dit non.

Selon lui, les Accords Commerciaux Régionaux (ACR) font partie de ce que l’on appelle « exception ». De cette exception, les ACR et unions douanières et préférences accordées à des pays en développement font exception avec l’Accord général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), a-t-il dit tout en ajoutant que les facilités commerciales régionales que les Etats membres de l’EAC s’accordent ne doivent pas s’étendre obligatoirement sur les Etats non membres de l’EAC.
Notons que ce projet de loi a été adopté à l’unanimité avec 107 voix dont 94 députés présents et 13 qui avaient des procurations.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés