AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Réunion d’échange avec les magistrats de tous les niveaux de la province Bururi

BURURI, 15 juil (ABP) – La ministre de la Justice et Garde des sceaux Mme Aimée Laurentine Kanyana, en compagnie du président de la Cour suprême M. François Nkezabahizi, du procureur général de la République M. Sylvestre Nyandwi, de l’inspecteur général de la justice, M. Adolphe Havyarimana et d’autres cadres de ce ministère, a tenu ce vendredi 14 juillet 2017 une réunion d’échange avec les magistrats de tous les niveaux (cour d’appel avec son parquet général, grande instance avec son parquet, et les tribunaux de résidence), a-t-on constaté sur place.
L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur une bonne administration de la justice, selon la ministre de la Justice. Elle a signalé que le constat dans la province Bururi (sud) en matière judiciaire est qu’il y a beaucoup de procéduriers et que des fois même des décisions judiciaires sont revues par les juridictions sur demande des justiciables mal intentionnés.
La ministre Kanyana demande aux magistrats d’être prudents chaque fois qu’il y a un dossier ou un cas déjà clôturé ou traité par une juridiction, et qu’il faudrait saisir les autorités hiérarchiques pour la non recevabilité dans le but de ne pas déstabiliser la société.
La ministre a également parlé des cas souvent observés dans les parquets où les substituts sont accusés de libérer des criminels alors que la police a déjà terminé ses investigations avec des éléments nécessaires à charge. C’est le cas récent des prisonniers qui ont été libérés provisoirement par la cour d’appel de Bururi alors que la police indique avoir fourni toutes les charges avant que les magistrats se précipitent à clôturer l’affaire.
La ministre Kanyana a précisé que l’indépendance de la magistrature ne signifie pas le manque de collaboration entre les institutions du pays. Elle a aussi rappelé aux magistrats qu’ils doivent combattre la fraude et les boissons prohibées.
L’autre élément sur lequel la ministre a insisté est que désormais tout justiciable sera signifié d’un jugement rendu qui sera conditionné par la remise des copies de jugement. Que ce soit la ministre de la Justice, le président de la Cour suprême, le procureur général de la République et l’inspecteur général de la Justice, tous ont mis en garde particulièrement la Cour d’appel de Bururi pointée du doigt, certains de ses magistrats/conseillers étant soupçonnés de corruption.
Ils ont été avertis que des sanctions professionnelles seront bientôt infligées à leur encontre au cas où les faits seraient établis.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés