AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Promouvoir l’esprit de dialogue, la tolérance politique et le respect des droits humains auprès des jeunes

KAYANZA, 29 juin (ABP) – L’Observatoire Ineza des droits des enfants au Burundi « OIDEB » a officiellement lancé mercredi le 28 juin, au chef-lieu de la province Kayanza (nord du Burundi), un projet dénommé « Promouvoir l’esprit de dialogue, la tolérance politique et le respect des droits humains auprès des jeunes burundais », sur financement du Fonds des Nations Unies pour la démocratie (FNUD), a-t-on constaté sur place.
Selon Jean Pierre Nijimbere, coordinateur national a.i de l’OIDEB, l’objectif de ce projet est la culture d’un esprit de dialogue, de tolérance politique et de respect des droits humains auprès des jeunes burundais. C’est aussi d’amener les jeunes à être actifs dans la consolidation de la paix et la promotion du respect des droits de l’homme dans leurs localités, a précisé Nijimbere.
Ce projet permet, en outre, aux jeunes de participer aux activités d’autopromotion qui ne sont possibles qu’en période de paix. Il s’inscrit également dans la réintégration socio-économique des jeunes grâce à l’apprentissage des notions élémentaires d’entreprenariat qui, au fur et à mesure du temps, les inspireront individuellement ou en associations à créer leurs propres emplois, à lutter contre la pauvreté et la délinquance juvénile.
Ce projet vient, ainsi comme une réponse à leurs préoccupations, en leur offrant un encadrement social et communautaire pour les aider à vivre et gérer positivement les diversités d’opinions, en orientant autrement leur vie et en les incitant surtout à accepter les autres et la diversité d’opinions politiques dans leur groupe social.
M. Nijimbere indique que le projet visera à outiller les leaders communautaires car ce sont eux qui jouent un grand rôle dans le rétablissement de la cohésion sociale par la résolution pacifique des conflits. Il a souligné que les élus collinaires investis par la loi ont pour mission d’assurer sur leurs collines l’arbitrage, la médiation, la réconciliation et le règlement des conflits du voisinage comme le stipule l’article 36, alinéa 2 de la loi communale de 2010.
La communauté attend, via ce projet, des jeunes qui ont de plus amples opportunités d’autonomisation économique réduisant leur vulnérabilité à la manipulation politique, a-t- il conclu.
Notons que ce projet a comme champs d’intervention les provinces Kayanza, Ngozi et Rumonge.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés