AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

L’ISABU est à l’œuvre pour lutter contre les nouveaux insectes ravageurs d’eucalyptus

BUJUMBURA, 19 mai (ABP) – L’Institut des sciences agronomiques du Burundi (ISABU) est à l’œuvre pour lutter contre les nouveaux insectes ravageurs d’eucalyptus apparus au Burundi à la fin de l’année 2013, a indiqué à l’ABP, le chercheur en entomologie et responsable des recherches en apiculture à cet institut, M. Alexis Mpawenimana, en soulignant que ces ravageurs provoquent la chute prématurée des feuilles d’eucalyptus et les rendent faibles et donc sensibles aux autres attaques.
Lors de l’apparition de ces nouveaux insectes ravageurs, l’ISABU s’est mis à leur identification et a mis en place un projet de recherche sur la tolérance des espèces d’eucalyptus qui seraient efficaces dans la lutte contre ces ravageurs, la lutte chimique s’étant avérée impossible parce que les larves se cachent dans la couche des miellats cristallisée sur les feuilles. Il a précisé en outre que la lutte biologique demande beaucoup de moyens et de temps et que c’est pourquoi le chercheur a choisi la troisième façon de lutter par l’utilisation des espèces d’eucalyptus tolérantes et si possibles résistantes. L’ISABU a alors procédé à la préparation des sites d’installation des pépinières d’essais au niveau national.
En effet, en collaboration avec l’OBPE (Office burundais pour la protection de l’environnement-Ex INCEN) qui a donné des plants d’essai, l’ISABU a installé les premières pépinières d’essai dans les stations régionales de recherche de Gisozi et de Kayanza sur une superficie de 15 ares par station. Cet institut procède à l’installation des pépinières des espèces connues comme tolérantes en mettant à côté une pépinière témoin sensible (des espèces ni tolérante, ni résistantes). Les résultats seront observés pendant la prochaine grande saison sèche, parce que les populations des ravageurs sont inversement proportionnelles avec les précipitations. Plus les précipitations augmentent, ces ravageurs diminuent et vice-versa. C’est donc pendant la saison sèche qu’ils sont nombreux et qu’ils causent beaucoup de dégâts.
D’autres essais vont se poursuivre pendant la saison apicole de novembre à décembre, a souligné M. Mpawenimana qui a déploré que les premiers essais aient été faits tardivement. Six sites identifiés compte tenu des régions naturelles pour faire ces essais sont Kayanza et Gisozi déjà cités, puis Mparambo dans l’Imbo, Rushubi dans le Mumirwa, Muyinga dans le Bugesera et Gitega dans le Kirimiro. Selon ce chercheur, l’ISABU envisage de travailler sur quatre espèces tolérantes et résistantes. Dans cette lutte, le même interlocuteur a fait savoir qu’il se heurte au problème de moyens financiers et a interpelé les intervenants en la matière d’apporter leur appui.
Les ravageurs qualifiés de suceurs sont de deux espèces. Il s’agit de la Psylle à Gomme de l’Eucalyptus et de la Punaise Bronzée de l’eucalyptus. Ils trouvent leur origine en Australie il y a 150 ans et sont apparus en Afrique en 2010 pour apparaître au Burundi surtout en province Muyinga (nord-est) vers fin 2013. Ailleurs, ils cohabitent mais au Burundi, ils se partagent les régions, a précisé M. Mpawenimana.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés