AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

La première vice-présidente du Sénat rencontre les représentants de la population

CANKUZO, 12 mai (ABP) – La première vice-présidente du Sénat du Burundi, Mme Spès Caritas Njebarikanuye, en compagnie avec les députés et les sénateurs élus dans la circonscription de la province Cankuzo (est) a effectué jeudi le 11 mai 2017, une visite de travail dans cette province où il a rencontré les représentants de la population des communes Cankuzo, Mishiha et Kigamba, en vue d’échanger sur la lutte contre la corruption et le développement.
En commune Cankuzo où cette visite a commencé, elle a fait savoir que l’objet de sa visite dans toutes les communes de la province est d’échanger sur le développement des communes et de sensibiliser les représentants de la population sur la lutte contre la corruption. Dans son exposé, Mme Njebarikanuye a essayé de donner la définition du terme « corruption », ses manifestations, ses causes et ses conséquences. Elle a fait remarquer que la corruption est bel et bien présente partout et en tout, raison pour laquelle elle a invité tout un chacun à faire sienne le combat contre ce mal. Ce qu’on peut faire pour lutter contre la corruption, a-t-elle indiqué, c’est la répression qu’il faut désormais appliquer envers les corrupteurs et les corrompus, précisant que la période des avertissements est déjà dépassée. Pour construire une société saine, a-t-elle poursuivi, il faut avant tout avoir des responsables honnêtes, intègres et confiants, issus d’une bonne éducation préalablement donnée à nos enfants.
Le gouverneur de la province Cankuzo, M. Désiré Njiji avait dans son mot d’accueil confirmé qu’un climat de paix et de sécurité règne dans toutes les communes, grâce à l’étroite collaboration en quadrilogie, précisant que la population cohabite bien malgré sa diversité et s’attèle normalement aux travaux de développement. Il a également fait savoir que le mouvement du rapatriement se poursuit en provenance de la Tanzanie. M. Njiji n’a pas manqué de signaler les grands problèmes de la province, à savoir le manque d’équipement du campus universitaire de Buhumuza pour permettre son ouverture très prochainement, le manque de routes améliorées, l’insuffisance du courant électrique et autres.
Les participants à cette réunion ont été invités, chacun en ce qui le concerne, à travailler en synergie et à s’investir, plus que jamais, pour éradiquer la corruption qui est à l’origine de la paralysie de l’économie du pays.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés