AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Ceux qui s’adonnent à la justice populaire doivent subir des sanctions exemplaires

BUBANZA, 18 mars (ABP) – Au moins deux morts ont été enregistrés en communes Bubanza et Musigati (nord-ouest du Burundi), suite à la justice populaire, au cours d’une période ne dépassant pas un mois, apprend-on de source administrative communale.
L’une des victimes, M. Jonathan Nsaguye, habitait la colline Rushiha en commune Musigati et était accusée de sorcellerie. La première fois, il avait échappé de justesse à la mort lorsque des voisins cherchaient à le tuer. Mais la seconde fois, il n’a pas eu la chance d’échapper.
Des voisins l’accusant d’avoir ensorcelé une jeune fille qui était malade l’ont frappé à mort et il a rendu l’âme lorsque les autorités locales tentaient de l’évacuer vers une structure de soins de santé. Trois présumés auteurs sont entre les mains de la police judiciaire de Musigati pour enquête.
En commune Bubanza, un homme accusé d’être voleur a été tué à coups de bâtons, il était accusé d’avoir volé 8 pagnes, 1 radio et 4 batteries de téléphones, selon des sources de cette localité.
Dans cette même commune de Bubanza, un certain Jacques Minani, accusé également de sorcellerie, a vu ses champs de maniocs, colocases, café et haricots, subir une destruction méchante de la part de certains de ses voisins.
Face à cette justice populaire qui devient de plus en plus monnaie courante, le gouverneur de la province Bubanza, Tharcisse Niyongabo, de même que les autorités policières contactées par l’ABP, mettent en garde ceux qui s’adonnent à cette mauvaise pratique de se faire justice.
Ils leur demandent de toujours recourir aux instances judiciaires. Ils demandent en outre aux autorités judiciaires de sanctionner de manière exemplaire tous ceux qui se rendront coupables d’un tel acte car, ont-ils souligné, la sorcellerie est jusqu’ici, sans preuve.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés