AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Sept points à l’ordre du jour du Conseil des ministres

BUJUMBURA, 17 mars (ABP) – Le gouvernement burundais s’est réuni en Conseil des ministres cette semaine sous la présidence du chef de l’Etat Pierre Nkurunziza avec sept dossiers à analyser, selon un communiqué de presse du secrétariat général du gouvernement.
Le Conseil a analysé un projet de loi relative à la stabulation permanente et interdiction de la divagation des animaux domestiques et de la basse-cour. Ce projet de loi sous examen propose que les éleveurs traditionnels se convertissent en éleveurs modernes. Il fixe les modes d’élevage autorisés et les conditions requises pour bien conduire l’élevage en stabulation permanente de tous les animaux domestiques. Après débat, le projet a été adopté.
Le Conseil a ensuite analysé un projet de décret portant création du Comité de facilitation du transport aérien. Selon le communiqué, la mise en place d’un programme national de facilitation du transport aérien ainsi que son opérationnalisation à travers la mise en place d’un comité national de facilitation du transport aérien sont des exigences de l’Organisation de l’aviation civile internationale dite « Convention de Chicago ». Le communiqué ajoute que le Burundi s’est déjà doté de ce programme depuis mai 2014 dont il ne reste que l’opérationnalisation. Le projet a été adopté moyennant quelques amendements.
Le Conseil a aussi analysé un projet de décret portant création, organisation, composition et fonctionnement de la Commission paritaire d’arbitrage. Le communiqué indique que dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de décentralisation, le gouvernement du Burundi a déjà mis en place plusieurs textes dont la loi portant modalités de transfert des compétences de l’Etat aux communes. Cette loi prévoit la création d’une commission paritaire d’arbitrage composée de représentants de l’Etat et des communes. Le projet a été adopté moyennant quelques aspects à finaliser par une équipe désignée à cet effet.
Une Note sur le déficit énergétique et un projet de contrat de fourniture d’électricité entre la REGIDESO et la société ASE SAVE ENERGY LIMTED à partir d’une Centrale thermique à fuel lourd d’une puissance de 30 Mw ont été analysés au cours de ce Conseil. D’après le communiqué, le Burundi fait face à un déficit énergétique très important qui est dû principalement à une vétusté des infrastructures de production de l’énergie, le pays n’ayant pas investi dans les ouvrages de production énergétique depuis une trentaine d’années auquel s’ajoute le taux d’urbanisation qui ne cesse de croitre sans oublier la croissance industrielle et des services commerciaux impliquant ainsi une forte demande en énergie électrique. Après analyse des termes du contrat proposé, le Conseil des ministres a recommandé une réflexion approfondie du dossier et a mis en place une équipe qui va se concerter pour proposer d’autres alternatives pour avoir de l’énergie mais à des conditions plus avantageuses pour l’Etat burundais.
Une note sur les règles d’éthiques d’un fonctionnaire a été analysée par le Conseil. La note propose une sensibilisation des fonctionnaires pour le respect des valeurs et de leur culture tant au niveau de leur habillement que de leur comportement et propose que le cas échéant, des sanctions soient envisagées en cas d’extravagance. Le communiqué indique que le Conseil a apprécié le contenu de la note et a recommandé aux ministres de prendre personnellement la question en main pour faire respecter l’éthique dans les départements sous leurs responsabilités et de ne pas hésiter à prendre des mesures en cas de nécessité. Ainsi le Conseil a mis en place une équipe qui va réfléchir sur des mesures à prendre en vue de décourager tous comportements qui heurtent les valeurs, la morale et la culture burundaise, des mesures qui seront publiées sous forme de note ou d’instructions de service applicables à tous les départements ministériels. Ces mesures seront appliquées aussi bien dans les services tant publics que privés.
Dans les divers, le Conseil a été informé que la crise alimentaire qui s’est manifestée est en train d’être maitrisée grâce aux pluies qui s’observent dans tout le pays sauf dans la commune de Bugabira en province Kirundo où il est observé une sécheresse très rude et où la population a besoin d’une assistance alimentaire d’urgence. Le Conseil a aussi été informé que le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du COMESA se tiendra à Bujumbura au courant de cette année 2017 et que le Burundi assurera la présidence du COMESA pour la période 2017-2018.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés