AGENCE BURUNDAISE DE PRESSE

AUJOURD'HUI
123

Célébration de la Journée internationale de la femme à Cankuzo et Gitega

CANKUZO/GITEGA, 13 mars (ABP) – La représentante du Forum des femmes en province Cankuzo (est), Mme Marcelline Nijimbere invite toutes les femmes de cette province à prendre le devant dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité ainsi qu’à la protection de l’environnement afin de faire face aux changements climatiques ; cet appel a été lance lors des cérémonies marquant la Journée internationale dédiée à la femme organisées vendredi le 10 mars 2017 dans toutes les communes sous le thème « Protection de l’environnement : Clé de la sécurité alimentaire et de l’autonomisation de la femme ».
En commune Cendajuru où les cérémonies étaient rehaussées par la présence du gouverneur de la province, M. Désiré Njiji, certains députés et sénateurs élus dans la circonscription de Cankuzo et autres cadres de la province, Mme Nijimbere a fait savoir que cette fête intervient au moment où beaucoup de familles souffrent de la famine, causée par des changements climatiques caractérisés par la sécheresse inhabituelle, précisant que la destruction de l’environnement en est la cause principale. C’est dans cette optique qu’elle a invité toutes les femmes de la province Cankuzo à prendre le devant dans la protection de l’environnement, par la lutte contre les feux de brousse, le traçage des courbes de niveaux, la plantation des herbes fixatrices et les arbres cohabitant avec les cultures.
A cet effet, il a été demandé à chaque femme de se fixer un objectif de planter au moins 50 arbres à partir de la prochaine période sylvicole. Toutes les femmes de Cankuzo ont été également invitées à tout faire pour la sauvegarde de la paix et de la sécurité car c’est la femme qui souffre en premier lieu en cas d’insécurité. L’autre objectif est la campagne d’explication de la Loi portant prévention, protection des victimes et répression des violences basées sur le genre.
Prenant la parole à son tour, le gouverneur Njiji qui a souhaité bonne fête à toutes les femmes de la province a insisté sur l’adhésion aux associations s’occupant de la protection de l’environnement, la scolarisation de toutes les filles, l’exploitation de tous les marais, le système de conservation des eaux de pluie, la planification familiale, la lutte contre le concubinage, etc.
A Gitega (centre), la remise des aides aux femmes souffrant des fistules obstétriques hospitalisées au Centre Urumuri de l’hôpital régional de Gitega a ouvert les cérémonies de la Journée internationale de la femme, célébrée vendredi dans toutes les communes. Ces aides étaient constituées notamment par des paires de pagnes, des bidons, des gobelets et des savons collectés par une synergie des femmes et d’autres intervenants dans la promotion des droits de la femme.
Les cérémonies se sont poursuivies dans la commune Giheta, sous la présidence du gouverneur Venant Manirambona, en compagnie de quelques députés, des femmes leaders, des représentants des autorités administratives et des responsables des secteurs publics et des organisations intervenants dans la promotion de la femme. L’administrateur de la commune Giheta, M. Alexis Manirakiza a indiqué que la promotion des droits de la femme est une réalité, même si des efforts sont encore à consentir. A titre d’illustration, a-t-il affirmé, le conseil communal est dirigé par une femme et compte cinq femmes sur un total de quinze membres. La directrice communale de l’enseignement est aussi une femme sur 11 directeurs communaux de la province Gitega. Sur un total de 30 directeurs des Ecoles Fondamentales de cette commune, il y a trois femmes. Sur six centres de Santé, quatre sont dirigés par des femmes titulaires.
Quant à l’état de lutte contre les Violences basées sur le genre, les femmes et filles marquent un pas positif dans la dénonciation des auteurs de ces crimes. Il s’est aussi réjoui de l’initiative de l’Association Dushirehamwe qui a créé la radio Ijwi ry’umukenyezi dans la commune Giheta. Le gouverneur Manirambona, la présidente provinciale du Forum des femmes, Dr Sylvie Nzeyimana, la coordinatrice du Centre de développement familial, Mme Emma Nkeshimana ont tous convié les femmes à prendre une part active dans les actions de protection de l’environnement, facteur clé de la sécurité alimentaire et de l’autonomisation de la femme. Etant des principales actrices de l’agriculture, les femmes doivent s’atteler aux actions d’atténuation des conséquences du changement climatique tel que des mécanismes antiérosifs.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


A propos de ABP

© 2014. Agence Burundaise de la Presse. Tous droit réservés